huile CBD commander en ligne

Sida

cannabis contre le sida

Définition

Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH ou HIV) est un lentivirus ( sous-groupe des rétrovirus = présents dans les gênes) qui provoque le syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA), une maladie de l'être humain dans laquelle l'affaiblissement progressif du système immunitaire permet aux infections et aux cancers de prospérer.

 

Sans traitement, la durée moyenne de survie après l'infection par le VIH est estimé à 9 à 11 ans, selon le sous-type de VIH. L'infection par le VIH se produit par le transfert de sang, le sperme, les sécrétions vaginales,le liquide pré-éjaculatoire, ou le lait maternel. Le VIH est présent au sein de ces fluides corporels à la fois comme des particules virales libres et comme virus dans les cellules immunitaires infectées.

 

Le VIH infecte les cellules vitales du système immunitaire humain, telles que les lymphocytes T auxiliaires (en particulier les cellules" T CD4 +"), les macrophages et les cellules dendritiques.

 

L'infection par le VIH conduit à une diminution du taux de lymphocytes" T CD4 +" grâce à un certain nombre de mécanismes, y compris l'apoptose ( programmation de la mort des cellules voisines non infectées). On assiste à un meurtre viral direct des cellules infectées, et notamment les" T CD4 +" , par les lymphocytes cytotoxiques CD8 qui les reconnaissent . Lorsque le nombre de cellules T CD4 + tombe au-dessous d'un niveau critique, l'immunité à médiation cellulaire est perdue, et le corps devient de plus en plus sensible aux infections opportunistes.

Efficacité médicale du cannabis

Une étude récente a révélé que plus de 60 pour cent des patients atteints du VIH / SIDA s'identifient comme " utilisateurs de cannabis médical . " Les patients vivant avec le VIH / SIDA déclarent le plus souvent avoir consommé du cannabis pour lutter contre les symptômes d'anxiété , la perte d'appétit et les nausées , et au moins une étude a rapporté que les patients qui consomment du cannabis sont 3,3 fois plus susceptibles d' adhérer aux schémas thérapeutiques antirétroviraux que les non- utilisateurs de cannabis .

 

Les données des essais cliniques indiquent que la consommation de cannabis n'a pas d'impact négatif sur le nombre de cellules T CD4 et CD8  et peut même améliorer la fonction immunitaire .

 

En 2007 , des chercheurs de l'Université de Columbia ont publié des données d'essais cliniques rapportant que les patients atteints du VIH / SIDA qui ont inhalé cannabis quatre fois par jour  ont constaté  " une substantielle augmentation de l'apport alimentaire ... avec peu de signes d' inconfort et aucune altération de la performance cognitive . " Ils en ont conclu que " Le cannabis fumé ... a un avantage médical clair chez les sujets VIH - positifs . "

Sources Recherches Scientifiques Officielles:

A pilot study of the effects of cannabis on appetite hormones in HIV-infected adult men 

(Riggs PK, Vaida F, Rossi SS, Sorkin LS, Gouaux B, Grant I, Ellis RJ, 2012)

Marijuana use is not associated with cervical human papillomavirus natural history or cervical neoplasia in HIV-seropositive or HIV-seronegative women. 

(D’Souza G, Palefsky JM, Zhong Y, Minkoff H, Massad LS, Anastos K, Levine AM, Moxley M, Xue XN, Burk RD, Strickler HD, 2010)

Efficacy and tolerability of high-dose dronabinol maintenance in HIV-positive marijuana smokers: a controlled laboratory study. 

(Bedi G, Foltin RW, Gunderson EW, Rabkin J, Hart CL, Comer SD, Vosburg SK, Haney M, 20210)

Smoked medicinal cannabis for neuropathic pain in HIV: a randomized, crossover clinical trial. 

(Ellis RJ, Toperoff W, Vaida F, van den Brande G, Gonzales J, Gouaux B, Bentley H, Atkinson JH, 2009)

Dronabinol and marijuana in HIV-positive marijuana smokers: caloric intake, mood, and sleep. 

(Haney M, Gunderson EW, Rabkin J, Hart CL, Vosburg SK, Comer SD, Foltin RW, 2007)

Marijuana use and its association with adherence to antiretroviral therapy among HIV-infected persons with moderate to severe nausea. 

(de Jong BC, Prentiss D, McFarland W, Machekano R, Israelski DM, 2005)

Patterns of marijuana use among patients with HIV/AIDS followed in a public health care setting. 

(Prentiss D, Power R, Balmas G, Tzuang G, Israelski DM, 2004)

Short-term effects of cannabinoids in patients with HIV-1 infection: a randomized, placebo-controlled clinical trial. 

(Abrams DI, Hilton JF, Leiser RJ, Shade SB, Elbeik TA, Aweeka FT, Benowitz NL, Bredt BM, Kosel B, Aberg JA, Deeks SG, Mitchell TF, Mulligan K, Bacchetti P, McCune JM, Schambelan M, 2003)

Differential Effects of Medical Marijuana Based on Strain and Route of Administration: A Three-Year Observational Study 

(Corral VL, 2001)

Marijuana Use in HIV-Positive and AIDS Patients: Results of an Anonymous Mail Survey 

(Sidney S, 2001)

The safety and pharmacokinetics of single-agent and combination therapy with megestrol acetate and dronabinol for the treatment of HIV wasting syndrome 

(Timpone JG, Wright DJ, Li N, Egorin MJ, Enama ME, Mayers J, Galetto G, 1997)

Dronabinol as a treatment for anorexia associated with weight loss in patients with AIDS

(Beal JE, Olson R, Laubenstein L, Morales JO, Bellman P, Yangco B, Lefkowitz L, Plasse TF, Shepard KV, 1995)

Effect of dronabinol on nutritional status in HIV infection.

(Struwe M, Kaempfer SH, Geiger CJ, Pavia AT, Plasse TF, Shepard KV, Ries K, Evans TG, 1993)

Dronabinol effects on weight in patients with HIV infection. 

(Gorter R, Seefried M, Volberding P, 1992)

Nabilone as effective therapy for intractable nausea and vomiting in AIDS. (Green ST, Nathwani D, Goldberg DJ, Kennedy DH, 1989)


«- Accueil